A LA UNE

Clôture de la 6ème table ronde de l’AFPI sur l’inclusion financière : un nouveau défis pour Lounceny Nabé

Les rideaux sont tombés vendredi soir sur la 6ème table ronde des dirigeants de l’Initiative africaine de politique d’inclusion financière (AFPI).

Co-organisée par la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) et l’Alliance pour l’inclusion Financière (AFI), cette rencontre de Conakry a eu l’avantage de réunir des dirigeants de Banques centrales, des régulateurs et autres acteurs du système financier pour accélérer la marche vers une inclusion financière dans les pays membres de l’organisation.

L’AFPI compte emmener le maximum de personnes et d’institutions à utiliser les services financiers. En Guinée, selon le gouverneur de la Banque centrale, le taux de bancarisation est inférieure à 10% alors que le taux de pénétration de le téléphonie mobile avoisine les 100%. L’organisation compte saisir ce fort taux de pénétration de la téléphonie mobile,   quasi général en Afrique, pour parvenir à son objectif d’inclusion financière.

«Nous avons essayé d’embrasser deux défis particulièrement. Le premier c’est l’interopérabilité au niveau des finances numériques et le second, c’est le transfert transfrontalier lié aussi aux finances numériques. Nous sommes optimistes qu’après ces assises de Conakry, nous allons envoyer un signal fort au reste du monde», a déclaré Dr Alfred Hannig, Directeur Exécutif de l’AFI.

L’autre temps fort de ces assises de Conakry, c’est la désignation du gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, comme nouveau président de l’AFPI. Il a un mandat de deux ans.

«Les premiers efforts doivent aller dans le sens de donner un contenu concret à l’étude déjà présentée sur l’interopérabilité et les transferts transfrontaliers. S’il faut donner une priorité entre ces deux aspects, je parlerais d’abord de l’interopérabilité qui est déjà une réalité dans certains pays et qui doit l’être aussi dans les autres pays. Ensuite, on passera aux transferts transfrontaliers….Toutes ces questions feront l’objet de discussions pendant ces deux années», a déclaré Lounceny Nabé.

Pour que ce mandat de la Guinée soit une réussite, il faut l’implication des partenaires de l’organisation et un dialogue constructif entre la présidence et la direction exécutive. Lors de la conference de presse co-animée par le nouveau président et le Directeur Exécutif, Lounceny Nabé et Alfred Hannig ont démontré leur engagement  à oeuvrer ensemble pour l’atteinte des objectifs.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top