Actualités

Nouveau gouvernement : La grève syndicale a disposé de Damantang, et pourtant… ! (Par Lamine Mognouma Cissé)

En Guinée sous cette mandature, il n’y a que les naïfs, ces gens-là qui croient que le fait d’être conforme à la loi, la défendre avec véhémence et la faire appliquer, aussi ne pas être déviant de sa feuille de route, qui croient que le Président de la république, ne peut pas choisir en s’encombrant de ces valeurs.

Le départ de Damantang Camara, qui ne devrait faire l’objet d’aucune objection en d’autres circonstances, si bien entendu, il n’était pas consécutif d’une réclamation syndicale qui demandait sa tête, est un signal fort pour dire que pour être dans les bonnes grâces, il faut être complaisant des violations de la loi, ne pas se soucier du fonctionnement normatif de l’Etat.

L’ancien ministre du travail en a appris à ses dépens. Avec l’aide des faucons délateurs opportunistes qui ont mis sa tête à prix pour des raisons inavouées, il a été sacrifié sous l’autel des travers d’une gestion de compromission et de tâtonnements.

Pas besoin de revenir sur les péripéties d’une crise syndicale qui en amont et en aval, n’a été qu’une fabrication de Sekhoutoureya.

S’il fallait se débarrasser de toute la chaîne défaillante, les ministres de la fonction publique et de la justice, devraient eux aussi subir le même sort.

Pire, le dernier, faut-il nécessairement le rappeler, est celui qui a diabolisé Aboubacar Soumah, s’il l’a été, en démontrant dans une conférence de presse, que le syndicaliste est un perturbateur, un incitateur, bref un rebelle qui n’a sa place que dans un cachot.

Des mots dont s’est approprié le patron de l’exécutif qui en a usé, et qui a interdit à son tour à tous ceux qui relèvent de son autorité d’avoir des contacts directs avec le syndicaliste.

Ce ministre, qui a prêté et à juste raison, le vocable rebelle au président Alpha Condé, est resté dans le gouvernement.

Désormais, sans se leurrer, Soumah est Saint blanc. Son combat est d’une légitimité et d’une légalité qu’on ne peut désormais s’en douter.

L’ancien ministre du travail qui a cru devoir être conforme à la législation en vigueur, n’avait certainement rien compris. Il devait lui aussi passer outre l’application de la loi, pour s’aligner derrière la position du héros, ce, non pas pour rester forcément   dans le gouvernement, mais plutôt pour ne pas avoir toute sa vie durant, l’étiquette d’un pyromane.

Les suivants sont avertis qu’avec Alpha Condé, les considérations ne sont pas forcément celles normatives qui guident des décisions sous d’autres cieux.

Lamine Mognouma Cissé

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top