A LA UNE

Une femme albinos : « pendant les élections présidentielles, je ne sors pas de la maison, j’ai peur d’être kidnappée »

A l’occasion de la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, notre rédaction est allée à la rencontre de Sarata Diallo, albinos de son état et étudiante en licence 3 droit des affaires à l’université.

Elle explique ses longues et douloureuses épreuves traversées pendant les périodes électorales, dans une émotion douloureuse et bouleversante.

 « Moi, pendant les élections présidentielles, je ne sors pas de la maison. Je reste enfermée dans la maison, j’ai perd d’être kidnappée. J’ai ce sentiment de peur et j’attire l’attention de l’Etat pour instaurer une mesure de sécurité, pas seulement pour les albinos, mais pour les autres citoyens. Vouloir donner les albinos en sacrifice pour faire des rites, c’est inhumain. Faire cela, ça contribue à exterminer nous les albinos. Et ça donne un sentiment d’insécurité », a expliqué cette jeune étudiante au micro de notre rédaction.

Interrogée sur l’exploitation des enfants albinos en Guinée, elle raconte « : Suis allée un jour à Madina, j’ai trouvé deux enfants albinos, une fille et un garçon jumeau. Leur maman vendait à coter et leur maman obligeait la fille à aller mendier chez les passants ; sinon qu’elle ne va pas manger, j’étais très choquée à l’entendre, la fille voulait se reposer. Vouloir exposer les albinos au soleil, ce n’est pas bon. Le soleil est leur ennemi, ça leur donne un cancer. Les miettes que ces enfants reçoivent ne peuvent pas couvrir leurs soins » fait-elle savoir.

Dans le même entretien, Sarata Diallo étudiante lance un appel aux autorités guinéennes en ces termes : « Aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école au lieu des rues. C’est une sorte d’exploitation. Faire les études, ce n’est pas facile, surtout quand on est albinos. Il y a une déficience visuelle, on est en classe, certains ne peuvent pas voir loin. Et la majeure partie des albinos, vivent dans des familles pauvres », a-t-elle expliqué.

Et de conclure en saluant la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme : « C’est une très bonne initiative d’instaurer une journée internationale à l’albinisme, il faut que les gens aient un regard sur l’albinisme, et surtout en Afrique, parce que nous vivons des moments très précaires.  Les crimes perpétrés à l’encontre des Albinos, sont une barbarie qu’il faut éviter, il faut que les gens sachent que les albinos sont des êtres humains comme les autres. Ils doivent être traités au même pied d’égalité que les autres », a-t-elle affirmé.

 

Saidou Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top