Actualités

Insalubrité : Nestor Kagbadouno (UGDD) sur les Dimanches de l’assainissement (Interview)

Pour rendre Conakry propre, le gouvernement vient de prendre la mesure de consacrer le dernier dimanche de chaque mois, à  une opération d’assainissement. Une mesure qui suscite le débat et choque certains chrétiens. Nestor Kagbadouno, Secrétaire général de l’UGDD, est loin d’être séduit par cette annonce du gouvernement. Il dit ce qu’il en pense et propose une solution à deux volets.

Lisez…

Bonjour Monsieur Nestor. Le gouvernement vient de prendre une décision faisant du dernier dimanche de chaque mois un jour de nettoyage de la ville de Conakry de 06 h à 11 h. Qu’en pensez-vous ?

L’insalubrité de la ville de Conakry est un problème d’hygiène publique dont les conséquences n’épargnent aucune couche sociale. Elle demeure l’un des facteurs principaux de la recrudescence de certaines maladies courantes constituant un problème de santé publique. Il s’agit par exemple du cas du paludisme. L’élimination de ces tonnes d’ordures permettra de libérer les caniveaux, libérer les voiries urbaines et réduire les embouteillages en facilitant ainsi la circulation des personnes et de leurs biens. C’est autant dire que l’assainissement de la ville de Conakry est un impératif pour le bien-être de la population. C’est une bonne initiative. Cependant, j’estime que l’approche proposée par le gouvernement pour s’attaquer à ce profond problème est très superficielle et conjoncturelle.

La population produit les ordures mais elle n’est pas assez structurée pour organiser un assainissement conséquent. Les membres du gouvernement sont bien conscients du fait que le problème d’ordures n’est pas conjoncturel. Il est structurel et se vit au quotidien. D’où, pour y remédier, il convient d’envisager une solution radicale et pérenne à deux volets. A mon humble avis, le premier volet de cette solution radicale existe déjà il y a longtemps. Elle est mise de côté par les autorités publiques pour des raisons qu’elles sont les seules à connaître. En effet, la loi confère aux collectivités locales (communes notamment) la compétence d’assurer la salubrité publique de la portion du territoire national qui relève de leur juridiction.

Si l’Etat veut assurer la propreté de la ville de Conakry, il conviendra de laisser la main libre aux communes et leur conférer les moyens conséquents à cet effet. Cette solution à l’avantage de permettre de prendre quotidiennement en charge le problème d’assainissement et dans un périmètre de proximité. Par ailleurs, cela créera une émulation entre les différentes communes de la ville de Conakry. Le second volet de ce problème est la question de système d’évacuation, de stockage et de transformation ou d’incinération des déchets solides.

La ville de Conakry n’est pas dotée d’un système de canalisation adéquat des déchets. Par exemple, il faut que l’Etat entreprenne de sérieux projets d’urbanisation pour doter la ville des canaux souterrains de drainage et eaux de ruissèlements. Si le gouvernement ne réfléchit pas à ces deux volets, il va une fois encore dilapider l’argent du contribuable sans pouvoir atteindre les résultats escomptés.

Certains citoyens de confession chrétienne expriment leur mécontentement vis-à-vis de cette décision qu’ils estiment avoir porté atteinte à leur liberté de culte. Quelle est votre opinion ?

Je comprends ces citoyens et partage leur frustration. Je trouve qu’ils ont raison d’exprimer leur mécontentement face à cette décision qui empêchera beaucoup d’entre eux d’exécuter leur obligation religieuse hebdomadaire. Le plus regrettable reste encore que le gouvernement n’a même pas défini une mesure dérogatoire pour ces citoyens de confession chrétienne. Je crois qu’il aurait pu choisir le dernier Samedi de chaque mois car il s’agit là aussi d’un jour non ouvrable. Je condamne cette décision car elle ne tient pas compte du droit de cette minorité religieuse.

Avez-vous un message particulier pour vos militants ?

Tout d’abord, je souhaite une bonne fête de Ramadan à tout le peuple de Guinée en général, et les militants et sympathisants de l’UGDD de confession musulmane en particulier.

A l’endroit de nos militants, je réitère le message de solidarité, d’abnégation et de rassemblement autour des idéaux du parti. Je les invite à ne pas se prêter au marchandage politique qui gangrène l’atmosphère politique dans notre pays ces derniers temps. Unis, nous ferons triompher les nobles idéaux de l’UGDD !

Entretien réalisé par Thierno amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top