Actualités

Parcours de la cocaϊne dans le monde : arrive-t-elle en Afrique de l’Ouest ? (Chronique)

Dans le cadre de la lutte contre le trafic des stupéfiants par voie maritime, nous avons constaté que l’Afrique sub-saharienne est devenue au fil des années un carrefour stratégique et une zone de transit pour les trafics de substance illicites entre les pays de production et les pays de consommation principaux, sans oublier l’émergence d’une consommation et production locale.

Ce trafic, par son ampleur, constitue une menace grave et avérée pour les Etats concernés.

La maitrise de la lutte contre cette activité illicite implique l’intervention des Etats tout en utilisant les services relatifs aux activités maritimes telles que la Préfecture Maritime de Guinée qui coordonne les activités de l’Etat en Mer (Action de l’Etat en mer) depuis 2012, à travers le décret 081 Portant Création de la Préfecture Maritime en Guinée.

Cette lutte contre ce trafic illicite des stupéfiants en mer, doit forcément respecter certaines règles de Droit Maritime signées et ratifiées par les Etats. Il y a  entre autres :  l’Organisation Maritime Internationale de 1958,  La Convention de Genève de 1958, la Convention de Montego Bay de 1982, la Convention Internationale visant à faciliter le trafic maritime de 1967, la Convention Internationale pour prévenir les abordages en mer de 1977, la Conventions internationales sur la sécurité des conteneurs de 1977, la Convention Internationale d’Athènes relative au transport de passagers et de leurs bagages par mer de 1989, le Code International pour la sûreté des Navires et des Installations portuaires et les différents codes nationaux relatifs aux activités maritimes en Guinée ).

Comment la cocaïne arrive-t-elle en Afrique et comment est-elle acheminée vers l’Europe ?

La voie maritime:  

Selon les agences de contrôle des stupéfiants, la cocaïne arrive surtout en Afrique de l’Ouest par bateaux de pêche et porte-conteneurs. Soit par des bateaux de plaisance.

La voie aérienne:

Les trafiquants ont réussi à établir des connections aériennes directes entre l’Amérique Latine et l’Afrique de l’Ouest. En novembre 2009, l’épisode fameux du Boeing de la coke qui s’est posé non loin de Gao au Mali avec 8 tonnes de cocaïnes dans ses soutes, en provenance du Venezuela. La marchandise est ensuite réexpédiée par voie maritime ou terrestre à travers le Sahara.  

Voilà la cartographie de ce trafic   dans le monde ?

Les principaux points de départ de la cocaïne sont le Vénézuela et le Brésil, tandis que les pays d’arrivée sont la Guinée-Conakry, la Guinée-Bissau, la Mauritanie et le Sénégal.

  • Un quart de la consommation Européenne passe par la sous-région, soit un marché de 33 milliards de dollars pour 4 millions d’usagers. Acheté 4 milles dollars le Kg en Colombie ou au Pérou , la poudre blanche se revend 10 à 12 fois plus cher en Europe.
  • La drogue parvient jusqu’aux ports Africains, dans les conteneurs des cargos qui empruntent la « HIGHWAY 10 », sorte d’autoroute outre atlantique reliant les deux continents le long du 10ème parallèle.

Les narcojihadistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao né le 10/12/2011).           

Les rebelles touaregs, qui assuraient jusqu’à il y a peu la protection des convois, ayant dû délocaliser leurs activités depuis le déclenchement de l’opération Serval, le trafic transite désormais par le Niger et la Libye. C

La drogue a souvent financé l’achat d’armes ou permis de «tenir» des combattants de plus en plus jeunes, comme cela a été le cas au Liberia ou en Somalie.

Le continent n’a jamais été un producteur d’héroïne ou de cocaïne. Les Africains ont en revanche toujours produit et consommé du cannabis, et récemment davantage de psychotropes et de médicaments (des laboratoires ont été démantelés).

En Guinée, c’est l’OCAD (l’office Central Anti-Drogue), la Préfecture Maritime, la Gendarmerie Maritime, la Douane et la Marine Marchande qui sont les services qui travaillent ensemble pour lutter contre ce trafic.

Enfin, je demande aux autorités de redoubler d’effort et de vigilance dans le domaine maritime.

Hamidou Diallo

Juristes Spécialiste en Droit Maritime

E-mail :consjurpremargui@gmail.com

Tel :+224628910338

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top