Actualités

Ministère des Travaux publics : fin de l’atelier sur le transfert des compétences

Au terme de quatre jours de réflexion sur le transfert des compétences au niveau des collectivités locales, dans sa phase : entretien des infrastructures routières, le ministère des travaux publics et celui de l’administration du territoire et de la décentralisation ont, lors de la clôture de l’atelier  invité les participants au respect des recommandations issues des activités dans les collectivités déconcentrées, avant de rappeler l’importance du patrimoine routier dans la fluidité du transport des biens et services.

« Une fois dans vos collectivités respectives, vous mettrez en valeur tous les enseignements reçus par rapport à la mise en œuvre des recommandations issues de cet atelier. Les infrastructures routières dans les communes rurales, constituent un élément du patrimoine très stratégique des communautés. Parce que c’est grâce à ces routes que les zones de production sont désenclavées. Alors, la meilleure stratégie pour mener une bonne décentralisation, c’est d’impliquer les collectivités bénéficiaires elles-mêmes », indique Amadou Mouctar Diallo, chef de division à la direction de la décentralisation.

Le respect des axes prioritaires du gouvernement dans la protection du patrimoine routier étant de mise, l’assistant technique du secteur des transports et des travaux publics, souligne que les acteurs concernés doivent dorénavant travailler en synergie avec les deux départements en question pour une meilleure protection des routes communautaires. Car, selon lui :

 « Ces routes communautaires ou rurales bien qu’elles ne soient pas bitumées sont très importantes. Elles constituent la porte de sortie ou d’entrée des régions non seulement, mais surtout elles vous permettent d’exporter les productions locales, de récupérer des biens dont vous avez besoin qu’ils soient alimentaires ou autres qui proviennent, soit de l’étranger ou des grands centres nationaux », ajoute Eliot Simpson.

Le secrétaire général de la commune rurale de la sous-préfecture de Banfèlè, a, au nom des participants, rassuré que cet atelier leur a permis d’avoir une vision beaucoup plus claire des devoirs, de la responsabilité et du rôle à jouer dans les différentes communautés.

Cette stratégie politique qui met en exergue la synergie d’action des deux ministères, s’étend sur dix ans et prévoit la réalisation de 7500 km de routes nationales, 15000 km de routes préfectorales et 20 000 km de routes communautaires.

A noter que ces quatre jours de réflexion avaient successivement mobilisé 250 participants venus des collectivités régionales, communales et rurales.

 

Alhassane Fofana

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top