A LA UNE

Complexe hydroélectrique Kogbedou-Frankonedou : les études de faisabilité et d’avant-projet, présentées

Dans le cadre d’un partenariat public-privé entre la République de Guinée à travers l’entreprise Guiter SA et le royaume du Maroc à travers le groupe Sintram, un complexe hydroélectrique de plus de 100 MGW, sera réalisé à Kogbedou – Frankonedou sur le fleuve Milo, dans la région administrative de Kankan.

Les études de faisabilité et d’avant-projet détaillé, ont été présentées ce lundi 25 juin 2018 à l’occasion d’un atelier de validation organisé à cet effet à Conakry en présence du ministre guinéen en charge de l’Energie et de l’hydraulique.

Ce couple de barrages sera construit en cascade sur le fleuve Milo par ces entreprises réunies sous le nom TRAMAG (Travaux Maroc Guinée).

Aux dires du ministre de l’Energie, ce travail sera structuré comme suite : construire le barrage de Frankonedou qui se trouve en amont de celui de Kogbedou et qui va bonifier ce dernier afin de pouvoir monter le productible à plus de 100 MW.

Selon Cheick Taliby Sylla, l’Etat guinéen, prend en charge le financement du programme de réinstallation involontaire des populations ainsi que le programme de gestion environnementale et sociale du projet.

« Le Président de la République m’avait autorisé de m’engager en donnant ce projet à monsieur Kaba Guiter. C’est comme ça que ça a commencé. En ce moment, beaucoup se posait la question de savoir si des entreprises guinéennes seraient en mesure d’associer d’autres ou construire un barrage. L’exemple est là aujourd’hui, c’est un cas d’école », a laissé entendre Cheick Taliby Sylla.

Selon Ansoumane Kaba, PDG de l’entreprise Guiter SA, si les conditions à satisfaire de la part de l’Etat le sont, les travaux pourraient démarrer d’ici la fin de l’année. Ainsi, il demande du soutien.

« Nous attendons toujours du gouvernement et des populations, tout leur soutien. Car un projet d’une telle envergure, qu’il a besoin de l’adhésion des populations et du gouvernement pour en faire une priorité », a-t-il lancé avant d’ajouter que ce projet va alimenter le 1/3 des villes de la Guinée.

Pour le PDG de Sintram, Benhaman Umouloudi, qui est par ailleurs le DG de Tramag, ce projet qui s’inscrit dans le cadre du partenariat Sud-Sud, concrétise le plus grand dont la Guinée a le privilège d’abriter. Il produira un productible de 400 GW (gigawatt) selon lui.

Quant à la mise en service de ce projet, monsieur Benhaman soutient que cela est prévu pour début 2022.

Pour l’heure, le montant global de réalisation de ce projet issu du partenariat Sud-Sud et qui est financé à 100% par ces deux entreprises, ne sera pas connu avant trois mois.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top