A LA UNE

Différend électoral communales 2018 : « Jusque-là le gouvernement traine les pieds », accuse l’opposition

L’opposition républicaine s’est réunie en plénière ce lundi 25 juin 2018, au QG de l’UFDG.

Au cours de cette rencontre, qui a été marquée par l’absence de son chef de file, qui est depuis quelques semaines absent de la guinée et aussi de son porte-parole Alhousseyni Makanera Kaké, il a été question de la situation sociopolitique du pays.

Selon Boubacar Diallo, porte-parole de circonstance, après analyse, ils ont constaté que rien n’a évolué sur tous les points concernant l’accord du 12 octobre 2016 et aussi le contentieux électoral qui secoue la guinée depuis les élections communales du 04 février dernier.

« Le gouvernement doit pouvoir régler le problème du contentieux électoral, vous savez que le premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, quand il a pris service, il est venu rencontrer l’opposition républicaine, qui est de son droit, son travail d’apaiser la situation au niveau du pays. Mais jusque-là, nous pensons que le gouvernement traine les pieds », déclare Boubacar Diallo, président du PPD (Parti pour la Paix et le Développement).

C’est pourquoi, lors des discussions, rapporte le porte-parole de circonstance de l’opposition républicaine, après avoir constaté que rien n’a été fait jusque-là sur le contentieux électoral, ils ont estimé qu’il est de leur devoir de sensibiliser à la base sur la probable reprise des manifestations pour exiger, dit-il, que les vrais résultats soient publiés et que ceux qui ont été effectivement élus soient installés en tant que conseillers.

« Si le gouvernement traine les pieds, nous risquons de glisser le calendrier des élections législatives et il sera inacceptable pour nous qu’un député à l’expiration de son mandat puisse voter des lois. Donc, si le calendrier glisse à ce niveau, ça veut dire que tout le reste va glisser et on risquera de tomber dans une situation inacceptable qui sera comme une nouvelle transition et cela est très grave pour le pays », a dit l’opposant.

Par ailleurs, l’inscription de la loi sur la nouvelle CENI au niveau de l’Assemblée Nationale, a été saluée par les leaders.

« C’est le lieu de féliciter nos députés suite à l’inscription de la loi sur la CENI, au niveau des débats à l’Assemblée Nationale », conclut le porte-parole Boubacar Diallo.

Alhassane Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top