Actualités

Morts de militants à Conakry : les femmes de l’opposition pourraient bientôt reprendre leurs manifs

 

 

Il y a quelques semaines, des femmes de l’opposition ont remis un mémorandum au ministre de la justice. Dénonçant des morts de militants de l’opposition à des occasions de manifestations politiques, elles ont demandé entre autres, toute la lumière sur les tueries déjà enregistrées.  

L’assemblée générale de l’UFDG de ce weekend a été mise à profit par Maimouna Bah, présidente des femmes de l’opposition pour regretter le non accomplissement de ce vœux par le ministre de la Justice. L’opposante croit qu’il faut continuer à se battre « jusqu’à ce que justice soit faite pour les 94 morts ». 

« On a fait la réunion avec nos femmes de l’opposition, on s’est entendu pour que nous reprenions les manifestations. Mais comme c’était la période des examens, nos enfants étaient en classe, on a proposé d’attendre la fin des examens. Maintenant, les examens sont terminés et je crois qu’il est temps pour nous de continuer notre lutte », confie-t-elle.  

«Nous nous sommes approchées de nos avocats pour qu’ils nous aident à comprendre le dossier. Le travail a été fait. Malheureusement dans le dossier il n’y a aucun cas de décès traité. Il y a eu plutôt le cas des arrestations lors des manifestations, des jugements et condamnations de nos militants, il n’y a rien d’autres que ça. Donc, c’est un dossier dans lequel nous sommes encore victimes, parce qu’il n’y a que des condamnations, emprisonnements et arrestations de nos militants lors des manifestations», a-t-elle déploré.    

« C’est nous les mamans qui donnons la vie, ce sont nos enfants , on ne les a pas mis au monde, les élever , les éduquer , pour qu’on les tue dans la rue par ceux qui sont censés les protéger» a-t-elle conclu.

Saidou Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top