A LA UNE

Grève CNTG-USTG : les jeunes de l’axe Le Prince s’y invitent et s’expriment en toute impunité

«Ce n’est pas une manifestation politique, c’est plutôt une grève des fonctionnaires. Je ne sais pas qu’est-ce que vous avez à voir dans la grève des fonctionnaires, surtout que vous n’êtes pas fonctionnaires », s’est adressé en ces termes, un fonctionnaire, désemparé qui s’est vu bloquer et impuissamment dépouiller de tous ses biens à Cosa, ce mercredi matin, alors qu’il était en partance vers Bambeto.

Son pêché a été le fait de se retrouver à cet instant, au mauvais endroit, donc à l’endroit où les jeunes donnent une résonance à toutes les manifestations d’humeur dans le pays.

Il n’est pas le seul à en être victime ce mercredi matin à l’occasion de l’appel à la grève de l’inter-centrale CNTG-USTG.

Tous les passants, y sont victimes à l’instant. Les plus chanceux se font racketter ou dépouiller de leurs biens.

En ce mercredi 04 juillet, la route Le Prince, est complément paralysée.  L’Etat, comme d’habitude, confirme son arrêt de mort sur l’axe, abandonnant les usagers à leur sort.

En définitif, la route Le Prince, n’est pas l’axe dangereux déconseillé aux fonctionnaires onusiens ou aux diplomates, elle l’est pour tous les citoyens qui ne se mettent dans la peau de fauteurs de troubles.

N’est-ce pas qu’une autorité en charge de la sécurité, nous a promis que c’en est terminé avec la récréation et qu’il sera sans pitié avec les perturbateurs si ce n’est qu’une déclaration de faire valoir

ML Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top