Actualités

Mamou : des malfrats« armées », opèrent dans une boutique et emportent près de 25 millions GNF

La scène s’est produite dans la soirée de ce mardi, 03 juillet 2018, aux environs de 23 heures, dans le quartier Pétel Baliya, commune urbaine de Mamou.

Selon la victime, les bandits armés au nombre de trois, sont venus à bord d’une voiture, mettre tout le monde au respect, avant de s’accaparer de tout l’argent qui était dans sa boutique.

« C’est aux environs de 23 heures, qu’un d’entre eux (les bandits ndlr) est venu seul dans la voiture dire qu’il veut faire le retrait sur Orange Money. Il a fait un retrait de 100 mille francs guinéens, puis il est parti. Quelques minutes après, il est revenu avec deux autres personnes dans une voiture, dire qu’il veut cette fois d’un retrait de 500 mille francs guinéens. J’étais en train de boire du café, je l’ai dit d’attendre que je termine mais il a insisté, arguant que leur véhicule est tombé en panne ils doivent la dépanner. C’est ainsi que je suis venu ouvrir la boutique, je suis rentré. Pendant que je composais son numéro pour faire le retrait, il a sorti un couteau et s’est introduit brusquement dans la boutique. Pendant ce temps, un autre bandit est descendu de leur véhicule avec une arme PMAK, en disant ‘’quiconque bouge je le tue’’. C’est ainsi que le bandit qui m’a trouvé dans la boutique a pris tout l’argent que j’avais », explique Abdoulaye Diallo, la victime.

« Je ne peux pas vous dire le montant exact qu’ils ont emporté. Mais je sais que j’ai fait un décaissement de 20 millions chez mon fournisseur d’Orange Money, cet argent a été pris. Un ami m’avait confié de l’argent, le prix d’une moto qu’il venait de vendre, ça été pris. L’argent de tontine que mon petit frère gardait dans la boutique a aussi été pris. Ils ont aussi pris un téléphone que je venais d’acheter à 1 million 500 mille, plus celui d’un autre qui qui était en charge. Tout le montant s’élève à 24 millions de francs guinéens, plus deux téléphones », ajoute Abdoulaye Diallo.

Jusqu’au moment où notre correspondant quittait les lieux (12 heures), aucun agent de la sécurité ne s’était rendu sur place pour constater les dégâts.

Pourtant, la victime nous confie avoir déclaré le vol très tôt le matin auprès de la Brigade Anti Criminalité BAC 16 de Mamou.

Alpha Mamoudou Barry, correspondant régional de Mosaiqueguinee.com

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top