A LA UNE

Grève/carburant : les forces sociales de Guinée confirment la tenue de leur marche du lundi

Dans leur combat pour le retour du prix du carburant à la pompe à 8.000GNF, les forces sociales de Guinée qui ont projetée une marche ‘’pacifique’’, le lundi 16 juillet prochain, n’entendent pas faire marche arrière.

Dans une déclaration rendue publique à l’occasion d’une rencontre tenue ce samedi soir 14 juillet 2018 au siège de la PCUD, elles viennent de confirmer contre vents et marées, la tenue de cette dernière et à date.

« Les forces sociales de Guinée, prennent l’opinion nationale et internationale à témoin face à l’intention de l’Etat de fuir son obligation régalienne de sécuriser la marche du lundi sans motifs ni arguments fondés », peut-on lire à l’entame de la déclaration.

D’une part, les forces sociales de Guinée rappellent que « le caractère pacifique et républicain » de la marche du mardi dernier, a été salué par tous, notamment les services de sécurité et le gouverneur de Conakry.

Mais de l’autre, elles soutiennent que dans sa lettre réponse en date du 13 juillet, le gouverneur de la ville de Conakry soutient que cette dernière marche a été émaillée de plusieurs irrégularités.

«Par conséquent, les forces sociales de Guinée, fortes de leur légitimité nationale et conscientes de leur droit de marcher conformément à la constitution, appellent les citoyens à rester mobilisés et à sortir massivement pour la marche qu’elles organisent ce lundi 16 juillet sur toute l’étendue du territoire national », lit-on dans la déclaration.

L’itinéraire de cette marche selon ses organisateurs, sera du rond-point Cosa (commune de Ratoma) à l’esplanade du palais du peuple (commune de Kaloum) en passant par Bambéto, Hamdallaye, Belle vue et Donka.

La déclaration a été lue par le juriste Mamady 3 Kaba.

Par ailleurs, le porte-parole de la PCUD a annoncé qu’une délégation des forces sociales de Guinée a été reçue ce jour par le premier ministre.

Et qu’après avoir écouté Dr Kassory Fofana, cette délégation a fait comprendre à ce dernier que tant que le prix du litre ne revient pas à 8.000GNF, il n’y aura pas de négociations.

Sagnane & Mohamed Nana Bangoura

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top