Actualités

Amendement de la loi sur la CENI : le député Sila Bah (PGRP) répond à Damaro

Depuis quelques jours, l’Honorable Damaro Camara fait le tour des médias publics et privés de la Guinée pour défendre l’indéfendable devant le peuple de Guinée, ainsi que devant toute personne pourvue de bon sens, cette loi sur la CENI concoctée par ceux qui veulent sauvegarder leurs intérêts personnels en faisant prospérer la bipolarisation de la Guinée.

Non seulement elle est anticonstitutionnelle car elle foule aux pieds le principe constitutionnel d’égalité en droit et en devoir entre les partis politiques et celui de l’indépendance de la CENI, mais aussi parce qu’elle est faite sur mesure, et DAMARO le prouve tous les jours par son acharnement contre la Commissaire Haja Ramatoulaye Bah, pour la nomination de laquelle- vous vous souviendrez- son Groupe parlementaire s’était viscéralement opposé.

C’est donc cet acharnement qui persiste et justifie ce critère retenu dans cette loi selon lequel pour pouvoir nommer un commissaire à la CENI il faudrait que le parti ait au moins 2 députés à l’Assemblée Nationale, ce qui exclurait de facto de la CENI Haja Ramatoulaye.

La loi doit être impersonnelle, et je regrette pour mon pays que la loi qui doit régir toutes les élections futures en Guinée ait pour objectif apparent, celui de barrer l’accès à la CENI aux personnes qui ont non seulement prouvé leur compétence, mais aussi qui respectent le serment de neutralité et d’impartialité auquel ils ont souscrit en prenant fonction à la CENI. Haja Ramatoulaye n’a pas besoin de la CENI pour vivre et Honorable Damaro ne sait vraisemblablement pas qui est Haja Ramatoulaye. Elle est incorruptible et inflexible pour l’application de la Loi. Professeur Alpha Condé pourrait lui en dire quelque chose.

Passons aux choses plus sérieuses et évitons de tomber dans le panneau de notre honorable députe qui a l’art de personnaliser les débats faute d’autres arguments plus convaincants.

L’accord politique du 12 Octobre avait exigé la mise en place d’une CENI plus technique. La loi adoptée nous donnera une CENI à  83% plus politique et partisane.

L’accord voulait d’une CENI indépendante de l’Administration ; la loi adoptée nous donnera une CENI sous contrôle total de l’Administration, financièrement et matériellement. L’accord voulait d’une CENI plus efficace et moins couteuse. La loi adoptée nous donnera une CENI beaucoup plus couteuse.

Enfin la loi adoptée, de par ses incohérences n’apportera pas les élections futures apaisées que nous souhaitons tous pour que la Guinée sorte de l’ornière de la politique politicienne pour amorcer le développement socioéconomique du pays.

Je demande avec ferveur pour l’intérêt de la Guinée, son rejet par la Cour Constitutionnelle.

Honorable Alpha Ibrahima Sila Bah

Président du PGRP

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top