A LA UNE

Lutte contre les bouillons impropres à la consommation : la CoJeLPaid fait des recommandations

Après une enquête sur la problématique des bouillons impropres à la consommation dans différents marchés de la capitale et du reste du pays, la CoJeLPaid (Convergence des jeunes et leaders pour la paix et la démocratie) a adressé un mémorandum au Premier ministre. Le document aurait été transmis à la Primature au mois de juin dernier. Mais aucun signe pour le moment.   C’est du moins ce que les membres de cette organisation de la société civile ont dévoilé samedi lors d’une conférence de presse.

L’objectif, selon eux, consiste à faire des propositions citoyennes dans le cadre du contrôle qualité et normes afin d’assurer aux populations une consommation alimentaire aux risques réduits.

Fait en cinq pages, ce document adressé à Kassory Fofona relève entre autres, les faiblesses du dispositif de contrôle en Guinée, les maladies et impacts sur la santé, la mobilisation des recettes par l’Etat, les risques liés à la contrefaçon et à la date de péremption.

A travers le même mémorandum, la COJAILPAID a aussi fait des recommandations concrètes dont voici quelques unes.

-Organisation d’un atelier d’échange et de révision des textes de loi relatifs au contrôle qualité et normes en Guinée.

-Création d’une agence nationale de la sécurité et de la qualité des aliments  (ANSQA) en lieu et place de l’Office National de contrôle qualité.

-Organisation d’une campagne d’identification exhaustive et de certification des produits de consommation par la population.

-Identification des importateurs ou producteurs des produits de consommation n’ayant pas les normes requises et engager des poursuites judiciaires pour mise en danger de la santé de la population.

-Demande de notification de la date d’expiration sur les  bouillons à compter du 1er janvier 2019.

-Équipement et modernisation du laboratoire national du contrôle de qualité.

-Formation des agents des services du contrôle de qualité.

-Formation  des agents des services de contrôle de qualité composés d’inspecteurs, de techniciens de laboratoire, de juristes, de journalistes…

-Formation et sensibilisation transfrontalières des services douaniers,  ceux du contrôle qualité, les importateurs, les producteurs et les populations dans la Zone CEDEAO.

-Mise en place d’un mécanisme de contrôle citoyen des actions de contrôle qualité et normes des produits de consommation dans la zone CEDEAO.

-Harmonisation des lois et règlements sur le contrôle qualité et normes dans l’espace CEDEAO.

Aissata Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top