Actualités

Cession du port autonome de Conakry : Cellou Dalein Diallo dénonce vigoureusement la procédure

Après un temps de mutisme sur la cession d’une partie du port autonome de Conakry à une société turque, El Hadj Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne, s’est en fin exprimé ce matin sur ce dossier brûlant.

Dans l’émission Espace Expression chez nos confrères d’Espace Fm, il est revenu notamment sur la procédure ayant conduit à cette cession. Procédure qu’il a dénoncée avec vigueur.

 « C’est dans l’opacité totale, sans aucune étude préalable, sans aucun appel à la concurrence et aucun cahier de charge. Le président a envoyé son conseiller qui a conduit une mission d’expert turcs au Port Autonome, le 16 décembre dernier pour leur donner l’instruction de leur livrer tous les documents et faire visiter l’ensemble des installations du port autonome.  Ils ont eu accès à tous les documents, ils ont visité tous les sites et évaluer toutes les machines et après ils ont fourni une offre », a-t-il fait savoir.

Et de poursuivre : « Le 20 mai 2018, le président est rentré de Turquie, il a ordonné le transfert de tous les montants détenus par les parcs des banques commerciales à la banque centrale de la république de Guinée. Alors, de manière directive, ces comptes ont été transférés à la banque centrale, à l’insu du Port Autonome. Le 09 août dernier, monsieur Alpha Condé a organisé la signature sans délai du contrat de concession du port à Albayrak. Le 10 août, à 15 heures sur ses instructions le contrat a été signé », ajoute Cellou Dalein.

Continuant ses propos, le chef de file de l’opposition a exprimé sa désolation sur les multiples contrats qui seraient similaires.

« Ce que je déplore, c’est cette manière opaque, parce que c’est dans les mêmes conditions que le contrat ASPERBRAS avait été fait, et beaucoup d’autres contrats que ça soit K-Energie à Mory Diané, et toutes les sociétés qui ont intervenu en Guinée, le pays doit veiller », insiste-il.

Pour lui, le port a un monopole des droits de traitement de toutes les importations et de toutes les exportations.

Par conséquent, argumente le leader de l’UFDG, le pays doit veiller à ce que ce facteur de compétitivité influe nécessairement sur les prix à la consommation, parce que ‘’toutes nos importations et produits que nous consommons sont importés par le port’’, a-t-il asséné.

Saidou Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top