Actualités

Marche réconciliation nationale : comme prévu, Ibrahima Sanoh est parti de Kindia pour Conakry

Comme nous vous l’annoncions depuis quelque jours, Ibrahima Sanoh, enseignant de son état qui avait prévu d’entreprendre une marche de Kindia à Conakry, vient d’entamer les pas.

C’est à 8h 30 minutes qu’il a fait le départ au camp Kèmè Bouréma de Kindia, après avoir dit-il, planté un arbre à la mémoire de toutes les victimes de 1960 à aujourd’hui et pour la réconciliation.

Cette marche, Ibrahima Sanoh dit la faire pour trois (3) principaux thèmes : le respect de la mémoire guinéenne et la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption et l’alternance en 2020.

A la question de savoir s’il ne court pas de risque de guet-apens sur la route, Sanoh qui ne se montre pas craintif, dit croire à son option.

« Je comprends le risque, il peut y avoir du guet-apens. Mais comme je le dit souvent, si on ne prend pas le risque de faire certains combats avec amour et sincérité, je crois qu’on ne changera rien. Il se peut que ça soit mon dernier jour aujourd’hui et que je ne rentre pas à Conakry. Mais ce qui est sûr, ce qui arrive doit arriver. Le plus important c’est la sincérité », a-t-il répondu.

Si tout se passe comme prévu, sa marche de 137 km, connaîtra comme point de chute la place des martyrs de Conakry.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    19 août 2018 at 16 h 11 min

    Soutien clair et net cher compatriote Mr. Ibrahima Sano, pour cette belle initiative sans précédent dans ce pays. Une initiative que très certainement, Dieu vient de vous inspirer. Et je vous applaudis.

    La réconciliation nationale par la vérité sur notre histoire politique, la justice et la refondation de la culture citoyenne, sont le passage obligé pour que cette Nation renaisse de son lourd passif politique et se reconstruise vite. Malheureusement, nous avons eu le tort d’avoir une classe politique qui a ses soucis ailleurs, et qui n’est pas du tout capable de construire le sursaut national.

    Comment peut-on parler de l’héritage des gloires du continent Africain comme Nelson Mandela, Kwame Nkrumah, ou parler de panafricanisme à longueur du temps, et refuser manifestement de se regarder soi-même dans le miroir, pour comprendre ce qui ne va pas du tout dans son propre pays depuis 60 ans ?

    C’est un anachronisme pour l’élite politique de la Guinée. Tant que ce problème historique du très lourd passif politique dans ce pays ne sera pas réglé, nous resterons les derniers de la classe en Afrique sur tous les plans.

    Que Dieu nous en préserve, mais la situation de la Guinée est lamentable et incompréhensible.

    Dieu vous bénisse Cher Monsieur Ibrahima Sano, pour votre audacieux projet d’appel pour la réconciliation nationale en Guinée. Amen.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top