A LA UNE

L’écrivain marcheur Ibrahima Sanoh à la place des martyrs : « depuis 60 ans on a imposé l’oubli aux guinéens »

Comme il l’a promis, Ibrahima Sanoh, depuis dimanche dernier, a marché de Kindia à Conakry, soit 137 Km, pour prôner le respect de la mémoire guinéenne, la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption et l’alternance politique en 2020.

C’est à 14h 50 minutes très exactement que l’écrivain Ibrahima Sanoh et son compagnon de marche, Mamadou Lamine Diallo, ont rallié la place des martyrs, située dans la commune de Kaloum.

« Je suis décidé de faire cet effort sacrificiel afin que les décideurs ouvrent les yeux à la réalité », a tout d’abord entamé ce jeune qui vient d’accomplir ce périple que certains penseraient « incroyable ».

« Le président de la République a mis en place une commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale… à notre fort étonnement, lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le premier ministre Kassory, n’a nullement fait mention sur cette question de réconciliation. Ensuite, la question mémorielle n’était pas bien entretenue. 60 ans d’indépendance, regardez la place des martyrs. Il n’y a que ceux-là qui ont résisté à la pénétration coloniale. Où sont les pères de l’indépendance ? Ils ne sont pas là ! Donc depuis 60 ans, on a imposé l’oubli aux guinéens. Pour moi, le président de la République, le professeur Alpha Condé doit faire deux combats essentiels. Le combat pour la mémoire, pour la réconciliation nationale et le celui contre la corruption. S’il fait ces deux combats avec courage, comme il veut être Mandela, il le sera », a livré Ibrahima Sanoh, par ailleurs, enseignant de son état.

 Avant de clore son intervention, Sanoh a prodigué un conseil à l’endroit de l’actuel locataire du palais Sékoutereah.

« Qu’il (le Président de la République NDLR) ait le courage de résister quand il lui sera demandé de perdurer son règne. Il n’a pas besoin de mon honneur, il est grand. Donc, c’est de lui ouvrir la voie de cette grandeur, pour éviter à l’horizon 2020, que la Guinée bascule dans la souffrance et dans les crises inutiles », a-t-il conseillé.

Pour son compagnon de marche, Mamadou Lamine Diallo qui, il faut le rappeler n’avait connu Ibrahima Sanoh que sur Internet, leur objectif ne sera atteint que quand leur message tombera dans des bonnes oreilles.

« L’objectif sera atteint lorsque les décideurs décideront d’unir les guinéens. On a marché, mais on souhaite que les dirigeants acceptent vraiment que cette réconciliation ait lieu », a-t-il dit fraîchement.

A rappeler que l’écrivain Ibrahima Sanoh a à son actif trois (3) livres publiés dont un sur la réconciliation nationale.

Mamadou Sagnane

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top