A LA UNE

Propos ethnocentristes d’un imam de Kindia/Le ministre Gassama Diaby : « …il revient à la justice de dire le droit… »

Les propos régionalistes, ethnocentristes et incendiaires tenus récemment par l’imam central de la ville de Kindia, continuent de susciter une vague d’indignation à travers le pays.

Le sujet s’est invité, il y a quelques jours, à une rencontre que le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, a eue avec une ONG de la place.

A cette occasion, Monsieur Kalifa Gassama Diaby, une fois de plus, a condamné avec la dernière énergie, ce genre de propos avant d’en appeler à la justice.

« Manifestement, dans notre pays, chaque jour, on franchit allégrement un pas vers l’abime. Il est absolument irresponsable et inconséquent de dire qu’en Guinée, un guinéen peut être considéré comme étranger sur son propre territoire national. Laisser penser cela et le dire relève d’une faute morale impardonnable. Donc, il revient à la justice de dire le droit et de rendre justice aux principes de notre République et de notre rêve de nation démocratique, rappelant à chacun d’entre nous, à chaque Guinéen, qui qu’il soit, quelle que soit sa position, que personne dans un Etat de Droit et Démocratique, ne doit se sentir au-dessus des lois de la République », a réagi Khalifa Gassama Diaby, visiblement très déçu.

A ceux et celles qui peuvent être tentés de soutenir ou de justifier ces propos haineux et irresponsables, le ministre de l’Unité National et de la Citoyenneté, n’a pas manqué de leur adresser un message.

« Aujourd’hui à Kindia, il est question d’une communauté spécifiquement visée, soyons en convaincu et certain, demain à Kindia ou ailleurs, ce sera le tour d’une autre, ainsi de suite et l’absurde suicidaire deviendra ainsi la règle dans notre pays », leur assénera le protégé du Chef d’Etat Guinéen, avant d’enfoncer le clou : « Si on laisse passer cette inacceptable faute morale et démocratique, alors, que chacun d’entre nous, dans ce pays, se prépare demain à subir à son tour sa part d’offense aux valeurs de la République, la République de Guinée. Dès lors, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir démocratique et national de notre pays, la Guinée. Chaque être humain, on ne le dira jamais assez, chaque citoyen guinéen mérite respect, considération et dignité, pour que chacun d’entre nous, soit heureux et fier d’être de cette patrie, la patrie de tous les guinéens sans exception. De Conakry à Yomou, tout guinéen est chez lui partout en Guinée et tout guinéen doit être chez lui partout en Guinée. Violer ces principes et ces valeurs républicaines, c’est détruire les fondements constitutionnels et moraux de notre pays mais aussi c’est menacer notre vivre-ensemble. Et ces conséquences nous emporterons tous hélas ! Par ailleurs, ceux qui pensent s’en tirer, se trompent. Nous payerons ici le prix de nos irresponsabilités et de nos complicités néfastes. Il est encore sidérant de constater aujourd’hui en Guinée que nous soyons encore dans cette intolérance honteuse qui risque de nous mener sûrement vers l’abime », a insisté le ministre Gassama.

Enfin, le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté, a saisi cette opportunité pour inviter à respecter et faire respecter les lois de la république par tous mais aussi pour tous et surtout faire en sorte que les plus puissants ou ceux qui s’y croient ainsi, respectent les lois de la République.

« Il faut que dans notre pays, nous apprenions à nous respecter entre nous. Si cela reste impuni moralement et légalement et politiquement, ce qui s’est passé à Kindia, alors disons le très clairement, une brèche est grandement ouverte pour servir de tombeau à notre idéal républicain, démocratique et national et par conséquent à la paix civile et sociale, lorsque ceux et celles qui doivent incarner dans un pays, au nom de la nation, le magistère moral et républicain, dérapent. Alors, notre rêve collectif de nation démocratique et de citoyens, deviendra sans aucun doute, un cauchemar invivable », a dit Khalifa Gassama Diaby.

Il faut souligner le ministre Gassama, lors de cette rencontre, n’a pas manqué de rappeler les douloureux événements survenus à Kalinko (DINGUIRAYE).

 

Propos décryptés par Al Hassan Djigué

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top